Le Seuil - Vers la Connaissance.


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexionFAQ

Partagez | 
 

 la maladie...suite et fin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LancelotdeFohet
Admin
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 62
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: la maladie...suite et fin...   Ven 12 Déc 2008 - 4:37

Dans le monde complexe et énigmatique de la
pathologie, il existe une clé qui permet une lente levée du voile de
l'entendement, celle de la symbolique. En effet, celle-ci est restée jusqu'à
présent secrète et cachée et il est grand temps de l'utiliser pour accéder a une
nouvelle maturité : la compréhension spirituelle de l'homme.
Si le jargon
médical est a ce point compliqué, pour ne pas dire excessivement alambiqué et
embrouillé, la raison en est simplement l'occultation d'une compréhension en
profondeur, afin de protéger un excès de pouvoir. Heureusement certains médecins
appartenant a une génération plus moderne ne sont plus aussi orgueilleux que
ceux d'antan. Tant que la science médicale restera agnostique et réticente a
comprendre la symbolique des maladies qui s'inscrit à mon sens dans un cadre de
connaissance du Divin, par ignorance ou mauvaise foi, les maladies resteront
incompréhensibles tant au niveau du diagnostic que du traitement. Elle restera
simplement à la surface et à l'extérieur des choses.
Selon la tradition dans
la Bible, connaître, «naître avec», est toujours une expérience directe a
l'image analogique en médecine d'une véritable transfusion sanguine, d'autant
plus que dans le sang il y a l'âme, c'est-à-dire toute la psychologie. Chez les
Indiens de la prairie, le pouvoir de médecine est la force essentielle qui
préside à l'acquisition de la sagesse du corps et de l’âme, recherche qui
constitue l'objectif essentiel de la vie. Comprendre, c'est déjà le début de la
«réalisation», c'est «prendre avec» dans un sens transformant. A propos de la
thérapie, il y a trois sortes de systèmes thérapeutiques.
1. La médecine
classique et toutes ses applications extérieures dont les techniques soignent
l'extérieur sans aucune connaissance du noyau divin a l'intérieur de
l'homme.
2. La thérapie psychologique dont le rôle est de libérer le moi
existentiel ou extérieur.
3. La thérapie d'initiation ou le thérapeute ne
cherche que la libération de la réalité profonde du divin. C'est l'éveilleur
puis le compagnon sur le chemin initiatique.
Il s'agit de retrouver la
notion du paradis perdu dans le sens de connaissance perdue du royaume intérieur
de l'homme.
La compréhension de la maladie en dit long sur le niveau de
maturité atteint ou a atteindre. En résumé, nous pourrions dire que la façon
d'aborder la souffrance fait avancer le patient sur le chemin ou non. En restant
à l'extérieur il s'agira d'éliminer le plus rapidement possible la douleur. Mais
l'homme conscient de sa profondeur en profitera pour avancer vers la
connaissance. Faire la santé ou la recevoir, voila la différence.
La
physiologie et la physiopathologie sont extrêmement riches en symboles et la
thérapie selon un certain aspect peut être considérée comme une
«symbolothérapie». Ce monde symbolique exprime les relations privilégiées entre
l'homme, les évènements et ce qui le dépasse : nous pouvons le nommer monde
spirituel. Il n'y a pas de frontière entre le corps et le spirituel : le premier
étant support du deuxième. Il n'y a que deux mondes : celui d'en bas et celui
d'en haut. D'abord il y a le premier, puis se découvre le deuxième. La maladie,
par le fait même qu'elle force l'homme à réfléchir, ouvre la porte de l'âme et
permet le «toucher par l'Esprit». Et il faut souvent souffrir pour y être
introduit. L'accès au monde divin n'est pas de l'ordre de la volonté humaine,
qui ne décide rien, encore moins peut en forcer l'ouverture. L'homme propose et
Dieu dispose. L'homme, par la souffrance, se laisse forger pour se préparer a
recevoir, à découvrir l'Etre divin qui l'habite déjà et qui ne demande qu'a se
montrer. Dieu attend celui qui est devenu un «vrai patient». Dieu permet à
l'homme d'être malade pour qu'il se souvienne de Lui. Se souvenant, il se
prépare et devient «capable de Dieu». Heureux celui qui sait pourquoi il souffre
!
S'il est utile, voire même souvent indispensable de se soigner par des
moyens extérieurs (médicaments, chirurgie, techniques extérieures), il est tout
aussi utile de faire un diagnostic « autre », celui de l'intérieur, de l’être
profond et de soigner le manque. Quand l'intérieur est fragile, l'extérieur
souffre facilement ; autant pour la grippe que pour les dépressions mentales.
Soit on base sa vie et tout ce qui en dépend sur du sable (richesses
extérieures), soit on base sa vie sur un fondement solide, Dieu. La maladie
invite à chercher un fondement plus profond, de l'ordre du spirituel, une base
sacrée. Se laisser happer par l'énergie divine n'est pas un vain mot ! La
recherche du sens est un puzzle passionnant. Si pour moi il y a un sens, c'est
que je l’ai tout simplement cherché. C'est toujours la personne elle-même qui
sait comment peut réagir son corps d'après ses secrets.
La maladie n'est pas
une malédiction, encore beaucoup moins une punition, mais une révélation bénie
qui montre ce qui ne va pas a l'intérieur, c'est-à-dire ce que j'appelle
l'inaccompli. Elle révèle ce qui n'est pas encore parvenu à la Lumière. Enfin
l'altération de la santé n'a de sens que dans la marche vers l'accomplissement
qu'elle suscite.
Voici énoncé avec des mots, une incursion dans le non-dit
des maux. Cela ne veut pas dire prouver quelque chose mais simplement...
souffler des idées. La connaissance est comme une pomme, elle tombe, pour être
cueillie, uniquement quand elle est mûre. D'une vieille notion médicale
agnostique, il y a passage vers une nouvelle gnose. Et pour autant, il ne faut
pas dire qu'il n'y a que des ténèbres, si on ne voit pas encore la
Lumière.
La souffrance n'a aucun sens sans l'espoir de la guérison
spirituelle. Les épreuves ne sont là que pour nous apprendre la bonne manière de
voir les évènements de la vie quotidienne. Des que ces épreuves deviennent des
preuves de l'existence du sens spirituel, elles disparaissent comme un mirage
dans le désert, au fur et a mesure de l'avancée et de la percée vers
soi.
Source : Roland Arnold…La symbolique des maladies édition Dangles

_________________
Cherchant, n'oublie jamais que vivre ici et maintenant te permet, par l'ancrage dans le quotidien et les gestes multiples de ta vie ordinaire, de t'exercer sans cesse à plus de conscience car "je ne suis réel que lorsque je suis !" disait Gurdjieff.
Ainsi s'extraire de l'illusion pour entrer dans la réalité de l'Eveil, tel est le propos sous-jacent à l'ensemble du forum.
Bien à vous.
                                                              Lancelot .
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
 
la maladie...suite et fin...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Congé longue maladie suite à dépression d'épuisement
» sommeil bébé 10 mois pertrubé suite maladie
» HEMOCHROMATOSE-MALADIE RARE-
» je suis perdue devant cette maladie
» [Help] Handicap suite à sorcellerie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seuil - Vers la Connaissance. :: TABLE RONDE :: La Parole est à Vous.-
Sauter vers: